Diapasom
Accueil Qui sommes-nous ? Nos actualités Diapasom élargit son champ d'intervention aux déficients visuels

Diapasom élargit son champ d’intervention aux déficients visuels

Depuis 2016, Diapasom peut accompagner les personnes en situation de déficience visuelle, dès l'âge de 18 ans. L'expertise et l'expérience accumulées auprès des personnes déficientes auditives a permis cette extension d'activité, dans le cadre d'un SAVS.

Les méthodes mises en place par Diapasom sont efficaces et reconnues. C’est pourquoi l’association a souhaité accompagner un nouveau public, celui des personnes en situation de déficience visuelle, qui rencontrent encore aujourd’hui des difficultés dans leurs parcours et leur accès à une véritable autonomie.

Pour accueillir ce nouveau public, Diapasom a choisi de restructurer ses équipes et d’intégrer de nouveaux intervenants spécialisés. La demande s’est avérée très significative et ce sont désormais une dizaine de bénéficiaires qui sont accompagnés sur la région Poitou-Charentes, qui compte parmi sa population près de 3% de personnes en situation de déficience visuelle.

L’accompagnement proposé par Diapasom est avant tout ciblé sur l’insertion et l’autonomie. Il s’inscrit dans le cadre du décret du 11 mars 2005, relatif aux conditions d’organisation et de fonctionnement des services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), dédiés aux adultes.

Comme pour les personnes déficientes auditives, le SAVS fixe des objectifs très précis :

  • L’évaluation des besoins et des capacités d’autonomie
  • L’identification de l’aide à mettre en œuvre et la délivrance à cet effet d’informations et de conseils personnalisés
  • Le suivi et la coordination des actions des différents intervenants
  • Un accompagnement pour devenir autonome dans la réalisation des actes quotidiens de la vie et dans l’accomplissement des activités de la vie domestique et sociale
  • Le soutien des relations avec l’environnement familial et social
  • Un appui et un accompagnement contribuant à l’insertion scolaire, universitaire et professionnelle ou favorisant le maintien de cette insertion.

 

Témoignage

Guillaume C., 20 ans, a été la première personne a intégrer le nouveau dispositif de Diapasom.

Il est atteint depuis la naissance d’un glaucome congénital, occasionnant des dommages sur la cornée et le nerf optique. à l’adolescence, il développe une cataracte qui affecte encore davantage sa vision de l’œil gauche. Du côté droit, un décollement de rétine associé à la cataracte lui fait perdre son œil, aujourd’hui remplacé par une prothèse. Il nous livre un témoignage sur son parcours et son quotidien face au handicap.

«De façon générale, au quotidien, je rencontre des difficultés lors de déplacements dans les lieux inconnus ou dans la nuit. Il est souvent compliqué de faire trouver à certaines personnes le juste milieu pour savoir comment m’accompagner, m’aider, me laisser autonome ou non… Dans la vie quotidienne, il faut savoir qu’une démarche aussi anodine que le retrait d’argent dans un distributeur reste quasiment innaccessible aux malvoyants s’il n’y a personne pour les aider.»

«Je connais d’autres personnes souffrant de cécité, à des degrés différents. Nous ne rencontrons pas forcément les mêmes difficultés, chacun s’adaptant à sa façon et selon son handicap.»

«Lorsque j’ai fait appel à Diapasom, sur les conseils d’un établissement spécialisé, j’étais désemparé face à une situation de refus de la part d’un autre établissement spécialisé avec lequel je souhaitais continuer mon apprentissage. Diapasom va me permettre à la fois de poursuivre mon parcours au sein de filières dites classiques, tout en m’accompagnant dans ma vie quotidienne et mon orientation professionnelle.»

«J’ai effectué ma scolarité en milieu ordinaire et j’ai obtenu mon Brevet des Collèges avant de m’orienter vers un Bac général scientifique que je n’ai pas finalement pas obtenu. On m’a dirigé vers une filière STI2D mais mon objectif initial était d’étudier en BTS informatique. Je souhaite toujours travailler dans ce secteur, en tant que technicien de maintenance ou développeur d’application, par exemple.»